22 avril 2015
Le carburant du futur : le centre de recherche de Dresde démarre la production d’Audi e-diesel
Audi fait un pas supplémentaire dans le développement de nouveaux carburants neutres en CO2 : l’usine pilote de Dresde a démarré la production du carburant synthétique Audi e-diesel.

Après seulement 4 mois de mise en exploitation, l’usine pilote de Dresde a produit les premières quantités de diesel de haute-qualité. Afin de démontrer son usage pratique au quotidien, la Ministre Allemande de l’Education et de la Recherche Prof. Dr. Johanna Wanka a versé les 5 premiers litres dans le réservoir de sa voiture officielle, une Audi A8 3.0 TDI clean diesel quattro ce mardi. « Ce diesel synthétique, produit à partir de CO2, est une étape fondamentale dans nos recherches sur le développement durable. Si nous parvenons à étendre l’utilisation du CO2 en tant que matière première, nous contribuerons à la protection du climat et à l’utilisation efficiente des ressources, et nous mettrons en place les fondamentaux de « l’énergie verte ».

L’entreprise sunfire est le partenaire de projet d’Audi et l’opérateur de l’usine. Elle emploie le principe power-to-liquid (PtL) et utilise de l’énergie verte pour produire un carburant liquide. Les seules matières premières nécessaires sont l’eau et le dioxyde de carbone. Le CO2 utilisé est actuellement fourni par une installation de biogaz. De plus, une partie du CO2 utilisé est extrait de l’air ambiant par un système de capture directe de l’air, une technologie du partenaire de Audi basé à Zurich, Climeworks.

Reiner Mangold, Directeur du Développement de produits durables chez Audi, considère l’Audi e-diesel et les Audi e-fuels comme des composants importants qui complètent la mobilité électrique : « En développant l’Audi e-diesel, nous faisons la promotion d’un autre carburant basé sur le CO2 qui permettra la mobilité longue distance sans aucun impact sur le climat. Utiliser le CO2 comme matière première représente une opportunité non seulement pour l’industrie automobile en Allemagne, mais aussi pour d’autres secteurs et pays. »

La production de l’Audi e-diesel implique plusieurs étapes : tout d’abord, l’eau est chauffée pour former une vapeur qui est séparée en hydrogène et oxygène grâce à l’électrolyse à haute température. Ce processus nécessite une température de plus de 800° Celsius et est plus efficient que les techniques conventionnelles grâce à la récupération de chaleur, par exemple. Ce système d’électrolyse à haute température peut être utilisé de manière dynamique afin de stabiliser le réseau lors des pics de production d’énergie verte.

Lors des étapes suivantes, l’hydrogène réagit avec le CO2 dans des réacteurs de synthèse, toujours sous pression et à haute température. Le produit de réaction est un liquide énergétique, composé d’éléments d’hydrocarbone, appelé Blue Crude (le brut bleu). L’efficience du processus – de l’énergie renouvelable à l’hydrocarbone liquide – est très élevée, à 70 %. Similaire au pétrole brut fossile, le Blue Crude peut être raffiné pour devenir le produit final Audi e-diesel. Le carburant synthétique ne contient pas de soufre ni d’hydrocarbures aromatiques. Son indice de cétane est élevé, ce qui signifie qu’il s’enflamme assez facilement. Ses propriétés chimiques lui permettent d’être incorporé à quelconque ratio avec du diesel fossile.

La Ministre Allemande de l’Education et de la Recherche soutient le projet sunfire, qui a débuté en mai 2012. Les travaux de construction du centre de Dresde-Reick ont démarré en juillet 2013 et l’usine a été inaugurée le 14 novembre 2014. L’usine est prête à produire 3 000 litres d’Audi e-diesel dans les prochains mois. Audi est le partenaire exclusif de sunfire dans le secteur automobile.

En plus du partenariat avec sunfire, Audi travaille activement sur le développement des carburants neutres en CO2 – les Audi e-fuels – depuis 2009. L’usine Audi e-gas de Werlte produit déjà l’Audi e-gaz (méthane synthétique) d’une manière comparable ; les conducteurs d’Audi A3 Sportback g-tron peuvent y faire le plein en utilisant une carte carburant spéciale. Audi conduit des projets communs de recherche sur la production synthétique d’Audi e-essence avec le français Global Bioenergies. Audi s’est également associé à la compagnie américaine Joule, qui utilise des micro-organismes pour produire les carburants synthétiques Audi e-diesel et Audi e-éthanol.


  Source : Audi



Voir notre dossier Quels carburants pour demain ?
Haut de page

Auto-innovations.com n'est pas responsable du contenu de ce communiqué