17 septembre 2015
Bosch présente les chaînes de traction du futur : Moteurs à combustion propres conformes aux normes d’émissions Euro 6, China 4 et U.S. LEV


Le moteur à combustion constitue la base d’une mobilité efficace
Les moteurs à combustion modernes ont bénéficié d’avancées techniques majeures au cours des dernières années, comme en témoignent les chiffres concernant l’Europe. Depuis 2000, les émissions de CO2 en Europe ont baissé d’un quart, tandis que les performances et le poids des véhicules augmentaient sur la même période. Les automobilistes le remarquent à la pompe : la consommation standard aux 100 km est bien souvent inférieure à 7 litres pour les voitures compactes équipées d’un moteur essence, et à 5 litres pour les voitures diesel.

Mais l’économie de carburant ne suffit plus : les chaînes de traction doivent également devenir plus propres, comme en attestent les dispositions strictes des normes d’émissions telles qu’Euro 6, China 4 ou LEV aux Etats-Unis. Rendre les chaînes de traction aussi propres qu’efficaces nécessite une technologie particulièrement sophistiquée. Au Salon IAA 2015, de nombreux produits Bosch en constituent une belle illustration. Grâce à Bosch, la pression d’injection des moteurs diesel est désormais de 2700 bars, tandis que sur les moteurs essence, la dernière génération d’injection directe essence délivre à présent 350 bars, contre 200 bars précédemment. Avec cette augmentation de pression, le carburant est pulvérisé plus finement, assurant ainsi une combustion beaucoup plus propre.

Diesel : les ingénieurs s’intéressent aux émissions en conduite réelle

Bosch s’emploie tout particulièrement à perfectionner le moteur diesel. « La technologie diesel est essentielle pour atteindre les objectifs de flotte en matière d’émissions de CO2. En Europe notamment, ces objectifs ne pourront pas être atteints sans le diesel », déclare Rolf Bulander. Durant les cinq prochaines années, les perfectionnements apportés au seul moteur permettront de rendre les moteurs diesel plus sobres, même les plus modernes, et de gagner jusqu’à 15 % en consommation. En conditions de conduite réelles, le gain pourra être encore plus important. La fonction roue libre en constitue un bon exemple : dans ce mode, le moteur est momentanément à l’arrêt, même à vitesse élevée, n’affichant ainsi aucune consommation.

Les émissions constituent un autre domaine dans lequel les ingénieurs Bosch entendent faire de réelles avancées. L’Union Européenne envisage d’introduire des tests sur les émissions en conduite réelle à compter de 2017. Pour les véhicules diesel, cette méthode de mesure se concentre essentiellement sur les émissions d’oxydes d’azote et de monoxyde de carbone en conditions de conduite réelles. De nombreux véhicules de série affichent d’ores et déjà des émissions extrêmement basses, même dans des modes de fonctionnement non couverts par les cycles de certification actuels, par exemple en accélération rapide ou à vitesse élevée. L’objectif est à présent de rendre cette technologie plus largement accessible et de développer des technologies peu coûteuses qui assureront la conformité, quelles que soient les conditions de conduite.

Hybride : l’électrification va donner un nouvel élan aux moteurs à combustion
Mais sur les gros véhicules lourds, la seule optimisation du moteur à combustion ne suffit pas, loin s’en faut. Bosch est convaincu qu’avec les objectifs stricts de flotte fixés par l’Union Européenne pour 2020 en matière d’émissions de CO2, les automobilistes pourront toujours opter pour un SUV équipé d’un entraînement hybride. Bosch entend se préparer à cette situation. Le fournisseur de technologies et de services investit chaque année près de 400 millions d’euros dans le développement de l’électromobilité. Il existe actuellement près de 30 modèles de série équipés de la technologie d’électrification Bosch, aux Etats-Unis, en Chine, et de constructeurs premium allemands. Des composants Bosch équipent une voiture de sport hybride Porsche, des modèles hybrides Mercedes, ainsi que des véhicules tels que la BMW i3 avec prolongateur d’autonomie. Bosch estime que les hybrides et hybrides rechargeables recèlent un fort potentiel à l’avenir, tablant sur plus de 10,5 millions d’unités produites en 2020.

« L’électrification et la combustion interne ne sont pas incompatibles, mais complémentaires », précise Rolf Bulander. Le Boost Recuperation System de Bosch, qui sera disponible à compter de 2017, en constitue un bon exemple. Sur les véhicules compacts, cette hybridation 48 volts d’entrée de gamme permet de réduire les émissions de CO2 d’environ 6 % dans le cadre du cycle de conduite. Cette économie de carburant est due essentiellement à une récupération efficace de l’énergie de freinage. Et grâce à la fonction roue libre, cette économie de carburant peut même être accrue, le moteur permettant de bénéficier des avantages d’un système Start/Stop à vitesse élevée. Cette hybridation 48 volts comporte également une fonction de suralimentation, qui démontre que l’économie de carburant ne nuit pas au plaisir de conduite sur les hybrides d’entrée de gamme. Lorsque le conducteur appuie sur la pédale d’accélérateur, le moteur électrique vient en soutien au moteur à combustion en fournissant jusqu’à 150 newtons-mètres de couple supplémentaire.


  Source : Bosch



Haut de page

Auto-innovations.com n'est pas responsable du contenu de ce communiqué