16 octobre 2015
Bosch inaugure un nouveau campus de recherche à Renningen
Invités d’honneur : la Chancelière Angela Merkel et le Ministre-Président Winfried Kretschmann

Un tout nouvel environnement de travail pour esprits créatifs : avec son campus de recherche de Renningen, Bosch souhaite favoriser la collaboration interdisciplinaire et renforcer ainsi sa force d’innovation. Ce nouveau centre de recherche et d’ingénierie avancée situé aux portes de Stuttgart regroupe quelque 1700 esprits créatifs travaillant dans la recherche industrielle appliquée. Le campus de recherche vient d’être officiellement inauguré en présence de la Chancelière Angela Merkel, du Ministre-Président du Bade-Wurtemberg Winfried Kretschmann et de nombreux autres invités du monde politique, économique et scientifique. « A l’instar d’une université, notre campus est constitué de nombreuses facultés. Ici, nous voulons que des chercheurs créatifs réfléchissent à l’avenir, mais aussi qu’ils soient des entrepreneurs accomplis. Renningen est le Stanford de Bosch. Le centre témoigne également de notre confiance en la capacité technologique de l’Allemagne », a indiqué Volkmar Denner, Président du Directoire de Bosch. L’entreprise a investi près de 310 millions d’euros dans le nouveau site. Placé sous le slogan « Connecté pour des millions d’idées », le campus de recherche est au cœur du réseau international de recherche et développement de Bosch. L’entreprise de technologies et de services entend y renforcer également l’esprit d’entreprise. Volkmar Denner considère que l’Allemagne souffre là d’un véritable handicap concurrentiel. « Il manque en Allemagne les opportunités et la volonté de créer des start-up. Ce pays doit être davantage animé par une mentalité de start-up, notamment parmi les jeunes scientifiques diplômés. Aussi les universités doivent-elles faire plus que les préparer à des examens dans des domaines hautement spécialisés. »

Des innovations visant à améliorer la qualité de vie
L’objectif est qu’à Renningen soient à l’avenir créées encore plus d’innovations de nature à améliorer la qualité de vie des gens. Le campus associe de nombreuses disciplines scientifiques et technologiques : électrotechnique, construction mécanique, informatique, analytique, chimie, physique, biologie ou encore technologie des microsystèmes. Ce sont au total 1200 collaborateurs du service central Recherche et ingénierie avancée centrale et 500 doctorants et stagiaires qui travaillent désormais à Renningen à relever les défis du futur. Les chercheurs étaient jusqu’à présent répartis entre trois sites distincts dans la région de Stuttgart.

Une large palette technologique en matière de recherche et ingénierie avancée
Dans l’atmosphère particulière du campus, les chercheurs travaillent à de nouveaux produits, mais aussi à des procédés de fabrication innovants. Leur travail est axé par exemple sur les secteurs du développement logiciel, des capteurs, de l’automatisation, des systèmes d’assistance à la conduite et de la technologie de batterie, ainsi que des systèmes de motorisation améliorés. Les compétences logicielles gagnent en importance, notamment pour l’interconnexion au sein de l’internet des objets. « Pour demeurer technologiquement souveraine, l’Allemagne doit acquérir des compétences clés en matière de microélectronique et de logiciels et les développer, sous peine pour l’industrie allemande de se voir distancée. Nous ne devons pas craindre la compétition avec les entreprises IT. Mais ce ne sera pas non plus une chose facile pour l’industrie allemande », a souligné Volkmar Denner.

Volkmar Denner estime que Bosch est bien préparé pour faire face à cette grande tendance de l’interconnexion. L’entreprise est non seulement le leader mondial du marché des capteurs micromécaniques, mais elle s’emploie aussi depuis des années à développer ses compétences logicielles. Le Groupe Bosch emploie actuellement plus de 15 000 développeurs logiciels. 3000 ingénieurs conçoivent des solutions pour l’internet des objets. Bosch estime que ce sont précisément les prestations et services dérivés de l’interconnexion qui recèlent un fort potentiel économique. « Si nous ne voulons pas laisser ces opportunités à d’autres, alors nous devons plus que jamais faire preuve de rapidité et être prêts à prendre des risques », a souligné Volkmar Denner. « Nos développeurs doivent plus que jamais afficher un esprit d’entreprise. Ce qui est techniquement réalisable doit enthousiasmer à la fois le chercheur et les futurs clients. »

L’Allemagne doit apprendre à oser
Les grandes entreprises telles que Bosch doivent créer davantage d’espaces de liberté créatrice pour favoriser l’audace et l’esprit d’entreprise, a poursuivi Volkmar Denner. Bosch montre l’exemple : l’entreprise a créé sa propre plateforme de start-up pour les nouveaux domaines. Volkmar Denner l’a souligné : « Si la « silicon valley » doit réellement devenir un modèle pour l’Europe, alors nous devons apprendre à oser. » La société Bosch Start-up GmbH aide les chercheurs Bosch à devenir des entrepreneurs accomplis. Elle s’occupe par exemple des locaux, du financement et autres tâches administratives. Les jeunes entrepreneurs peuvent ainsi se concentrer d’emblée sur leur produit et son lancement sur le marché. Le robot agricole Bonirob en est l’un des premiers résultats. La start-up Bosch Deepfield Robotics a développé ce robot de la taille d’une petite voiture pour aider à la culture des plantes et au travail des surfaces agricoles.

Des conditions de travail optimales pour faire émerger des idées créatives
Le vaste campus de recherche est suffisamment étendu pour pouvoir y tester le robot agricole. Outre le bâtiment central, 11 laboratoires et ateliers et 2 bâtiments dédiés à l’infrastructure du site, le campus comporte également une piste d’essai moderne permettant de tester des systèmes d’assistance à la conduite. L’affectation aux différents bâtiments a été déterminée à l’aide d’une matrice d’interconnexion. Elle repose sur des analyses qui indiquent l’intensité des échanges entre les différentes disciplines : plus les secteurs collaborent étroitement, plus ils sont proches géographiquement sur le site de Renningen.

Des espaces au calme et des zones dédiées à la collaboration
Bosch a également accordé une attention toute particulière aux conditions de travail. A l’extérieur comme à l’intérieur, les chercheurs disposent partout d’un environnement moderne. L’ensemble du campus est conçu comme un lieu de travail. « Des traits de génie au milieu de la verdure et des technologies au bord de l’eau : tout cela est possible ici à Renningen », a précisé Volkmar Denner. des connections Wifi sont disponibles dans tous les bâtiments et l’ensemble des zones extérieures. Ordinateurs portables, tablettes et téléphonie par internet permettent de travailler dans chaque recoin du campus. Volkmar Denner en explique le concept : « A Renningen, nos équipes innovation disposent à la fois d’espaces au calme et de zones dédiées à la collaboration ». La conception des bureaux a été pensée sur la base d’une vaste analyse du processus d’innovation. Pendant la phase de recherche créative, les chercheurs doivent pouvoir s’isoler au calme. Par la suite, les échanges et la collaboration prennent plus d’importance. Ces phases identifiées et les souhaits des collaborateurs ont été pris en compte lors de la planification. « Les collaborateurs aspirent à une plus grande liberté pour stimuler leur créativité en matière de recherche et développement, et à moins de tâches administratives. C’est un point que les représentants du personnel ont activement soutenu », indique Alfred Löckle, Président du Comité Central d’Entreprise. « Le temps où les postes de travail étaient conçus par la hiérarchie est révolu. Nos collaborateurs passent beaucoup de temps à leur poste de travail. Aussi doivent-ils pouvoir contribuer à sa conception ».

Les discussions menées avec tous les acteurs ont abouti à un concept de bureau résolument nouveau. Outre les postes de travail individuels, le site se caractérise par 270 salles de réunion de tailles diverses, offrant suffisamment de place pour des activités ciblées et du travail en équipe. Chaque collaborateur n’est en moyenne qu’à dix mètres de la salle de réunion la plus proche, et donc potentiellement de la prochaine innovation majeure.


  Source : Bosch



Haut de page

Auto-innovations.com n'est pas responsable du contenu de ce communiqué