12 avril 2016
Nouveau dispositif de crashs tests : ZF TRW accroît ses investissements dans le centre de recherche à Anting, en Chine
  • Tout dernier dispositif de crash tests: le modèle INSTRON® Servo Sled
  • Dernière génération de systèmes de calibrage des mannequins
  • Essais avancés de choc latéral
  • Élargissement de l'équipement d'ingénierie des systèmes de sécurité déjà en place


ZF TRW, la division « Technologies de Sécurité Active et Passive » de ZF Friedrichshafen AG, inaugure aujourd'hui son nouveau dispositif de crash tests dans son centre de recherche d’Anting, en Chine, et souligne ainsi son engagement en termes d’investissements dans le pays. Le dernier modèle Servo Sled d’Instron est le quatrième laboratoire de crash tests de ZF TRW dans le monde.

Avec une superficie de 66 000 m², le plus grand centre technique mondial de ZF TRW a officiellement ouvert ses portes en Chine, à Anting, en juin 2014 et compte aujourd’hui plus de 1 200 collaborateurs spécialisés dans l'ingénierie, la recherche et la technique. Il a été conçu et construit pour y accueillir plus de 20 laboratoires d'essais scientifiques couvrant les secteurs d'activité principaux de ZF TRW, à savoir les systèmes d'aide à la conduite, de freinage, de direction, de sécurité des occupants ainsi que des systèmes électroniques. Le centre accompagne les constructeurs automobiles à la commercialisation des systèmes de sécurité avancés sur le marché chinois et dans la zone Asie-Pacifique.

Norbert Kagerer, Vice-Président Monde pour l’Ingénierie des Systèmes de Sécurité des Occupants, commente :

« Notre programme d'essais et de validation des systèmes de sécurité des occupants est un élément crucial de notre recherche-développement ainsi que de notre stratégie globale d'entreprise. Nous sommes fiers d'ouvrir notre quatrième laboratoire de crash tests à l'échelle mondiale et de le faire dans ce centre de recherche et de développement à la pointe du progrès. L'utilisation de ce nouveau dispositif à Anting facilitera notre expansion en Chine et nous permettra de travailler encore plus étroitement avec les constructeurs nationaux et internationaux, en réalisant des tests spécifiquement pour le marché chinois. »

« Grâce à notre technologie de pointe, nous progressons aujourd'hui vers notre objectif d'implanter de l'ingénierie, des essais ainsi que la production de composants en Chine. L'établissement de ce nouveau dispositif de crash tests fait progresser notre offre en termes d'ingénierie de systèmes de sécurité et constitue une étape-clé dans notre activité dédiée aux systèmes de sécurité des occupants à l'échelle mondiale. »

Le dispositif se destine à des crash tests avancés d’impacts frontaux en condition de tangage et lacet. Ce dispositif qui reproduit des simulations de collision réalistes en 3D, dépasse les exigences US NCAP dans le cadre des tests avec barrières mobiles déformables obliques à 90 km/h. Les crash tests de chocs latéraux peuvent reproduire les différents cas de charge conformes aux exigences établies pour les barrières mobiles déformables selon IHS, US NCAP, Euro NCAP, C NCAP et UN R95. L'équipement est apte à tester des impacts limités aux sièges avant, aux sièges arrière ou combinant les deux, et accepte plusieurs configurations de sièges.

En outre, le dispositif est suffisamment dimensionné pour simuler des cas de charge sur le côté opposé à celui subissant le choc ainsi que l'interaction entre le conducteur et le passager dans un tel scénario. Par ailleurs, de nombreux différents angles d'observation et d'images sont possibles lors des tests grâce à un plus grand nombre de supports flexibles pour les caméras. La plateforme de crash tests possède également des zones de préparation modulables garantissant la confidentialité des configurations d’essais lors de tests simultanés pour différents clients. Avec des aménagements et des processus prédéfinis qui favorisent des changements rapides entre les essais, le dispositif permet d’effectuer en moyenne plus de 1 000 essais par an.


  Source : ZF TRW


Haut de page

Auto-innovations.com n'est pas responsable du contenu de ce communiqué