23 septembre 2016
La Filière Automobile révise sa norme de sécurité électronique
Avec le développement de l’électronique embarquée à bord des véhicules, la fiabilité des systèmes électriques est un enjeu majeur pour la sécurité. La sûreté de fonctionnement des systèmes électriques dans l’automobile est régie par la norme ISO 26262. Une révision de cette norme est en cours, pour une publication prévue en 2018, impliquant dans les réunions plénières ISO environ 80 experts de 13 pays différents. En contribuant activement à la construction de cette nouvelle version de la norme, la filière automobile française s’engage et mutualise ses compétences dans ce travail à portée internationale. Cette révision prévoit un élargissement aux camions, aux cars et bus, et aux deux roues motorisés. Un document complémentaire est par ailleurs en cours de rédaction, sous l’impulsion de la France, visant la sécurité des fonctions d’assistance à la conduite et au-delà, le véhicule autonome. Les points principaux de cette révision sont actés en septembre 2016 avec la publication du Draft of International Standard (DIS)*.

La norme ISO 26262 régit la sûreté de fonctionnement des systèmes électriques et électroniques dans l’automobile. Sa version actuelle, publiée en 2011, concerne les véhicules particuliers et véhicules utilitaires jusqu’à 3,5 tonnes. Elle permet, de définir des processus de développement et des solutions avec un niveau de sûreté à l’état de l’art, et de garantir la sûreté des véhicules mis sur le marché via un processus d’évaluation spécifique.

Cette norme, d’application volontaire, est devenue incontournable pour tout acteur de la filière automobile qui doit assurer un niveau de sûreté à l’état de l’art : la sécurité des usagers est une priorité pour la filière.

La mise en œuvre de cette norme depuis cinq ans a déjà changé la conception de l’électronique et l’organisation de son développement dans les entreprises. De nouvelles solutions de sécurisation de l’électronique plus efficaces ont été généralisées et la plupart des entreprises se sont dotées d’experts à même d’évaluer le niveau de sécurité atteint par leurs produits. Par exemple, les calculateurs à double cœur permettent de mieux détecter et contrôler les défaillances éventuelles. Les fabricants de semi-conducteurs proposent désormais des solutions à haut niveau de diagnostic, les fournisseurs de logiciels temps réel ont intégré les exigences de développement et de test de cette norme.

La révision de cette norme a démarré et la publication de la nouvelle version est prévue début 2018. Fruit d’un véritable travail collaboratif, elle implique tous les grands acteurs de la filière automobile sur le plan international. Cette nouvelle version prévoit d’élargir la norme aux camions, aux cars et bus, aux deux roues motorisés et aux véhicules autonomes, et d’approfondir la sûreté de fonctionnement au niveau des semi-conducteurs.

Cette future version de la norme sera d’autant plus indispensable au développement des composants des véhicules autonomes, en assurant le haut niveau de robustesse nécessaire et en prévenant les éventuelles défaillances. Elle sera complétée d’un document (initié par la France) en cours de préparation pour s’assurer des bons comportements des fonctions complexes d’aide à la conduite et au-delà, du véhicule autonome, comme par exemple le choix de la décision de conduite adaptée à la situation.

Cette révision implique dans les réunions plénières ISO environ 80 experts de 13 pays différents, avec une implication significative de la France, qui pilote deux des douze parties de la norme. En contribuant activement à la construction de cette nouvelle version de la norme, la filière automobile française s’engage et mutualise ses compétences dans ce travail à portée internationale. On retrouve ainsi, dans un groupe de travail du CSTA (Conseil de Standardisation Technique Automobile) de la PFA, Filière Automobile et Mobilités : PSA, Renault, Valeo, Continental Automotive, Faurecia, Bosch, Magneti Marelli, JTekt, Renault Trucks, Plastic Omnium, etc.

Les points principaux de cette révision sont actés en septembre 2016 avec la publication du Draft of International Standard (DIS)*, Ce Draft va être commenté par toutes les nations membres de l’ISO. La publication de cette révision est prévue en 2018, suite au Final Draft of International Standard*.

*Les trois jalons du développement d’une norme :
1. le Committee Draft (concerne les experts)
2. le Draft International Standard (recueille l’avis de tous les pays membres de l’ISO)
3. le Final Draft for International Standard (soumis au vote final sans évolution du texte)


  Source : PFA, Filière Automobile et Mobilités


Haut de page

Auto-innovations.com n'est pas responsable du contenu de ce communiqué