Les ponts à vecteur de couple
Le contrôle dynamique droite/gauche par la transmission


Le pont à vecteur de couple n’est pas un concept nouveau, mais le nombre d’applications va véritablement prendre de l’ampleur dès la fin de cette année. Cette technologie est une évolution logique des autobloquants et des répartitions variables de couple entre essieux. Elle serait même plus proche d'un dispositif de contrôle de stabilité.

L’objectif du pont à vecteur de couple est de transmettre aux roues droite et gauche des couples distincts, indépendamment de celui fourni par le moteur. Ce principe fonctionne donc même lors d’une décélération. Ce dossier propose une explication de ce concept et une présentation des différents dispositifs prêts à la production. Deux d'entre eux sont déjà commercialisés : les systèmes SH-AWD de Honda et Super-AYC de Mitsubishi. Un autre acteur arrive sur le marché : le différentiel Vector-Drive de ZF qui équipera très prochainement les BMW. D’autres concepts sont aussi proposés aux constructeurs, tel le Ricardo Torque Vectoring.



Contenu :
  • Page 1 : Sommaire
  • Page 2 : Le concept vecteur de couple - 1/2
  • Page 3 : Le concept vecteur de couple - 2/2
  • Page 4 : La transmission Honda ATTS
  • Page 5 : Le pont Honda SH-AWD - 1/3
  • Page 6 : Le pont Honda SH-AWD - 2/3
  • Page 7 : Le pont Honda SH-AWD - 3/3
  • Page 8 : Le différentiel ZF Vector-Drive - 1/2
  • Page 9 : Le différentiel ZF Vector-Drive - 2/2
  • Page 10 : Le pont Mitsubishi Super-AYC - 1/2
  • Page 11 : Le pont Mitsubishi Super-AYC - 2/2
  • Page 12 : Le Ricardo X-Axle / Autres ponts en développement : BorgWarner, Magna Steyr MDT et Getrag Schnellster
  • Page 13 : Conclusion


Auteur : Yvonnick Gazeau.
Date de parution : octobre 2007.
Sources : BorgWarner, Getrag, Honda, Magna Steyr, Mitsubishi, ZF.




Entrez votre code d'abonné

La touche Entrée de votre clavier est inopérante



Nous écrire
© Tous droits réservés 2002-2007     auto-innovations.com