La transmission automatique ZF 9HP :
explosion combinatoire !


Si les premières transmissions automatiques à convertisseur hydrodynamique de couple (Buick Dynalfow et Chevrolet Powerglide) avaient à peine 2 rapports mécaniques plus une marche arrière, les types suivants ont graduellement passé à 3, 4, 5, 6, 7, 8… et désormais 9 rapports pour la dernière ZF 9HP destinée aux groupes motopropulseurs (GMP) transversaux !

Qu’autant de rapports soient nécessaires ou même utiles en aval d’un convertisseur de couple reste discutable. Quoi qu’il en soit, la tendance à leur multiplication a continué et si des modèles à 7 et 8 rapports sont disponibles pour les GMP longitudinaux, les transmissions automatiques pour GMP transversaux, qui constituent 75% du marché des voitures particulières, étaient jusqu’ici limitées à 6 rapports (voire 7 mal étagés sur la Chrysler 62TE) pour des raisons d’encombrement. Les ingénieurs de ZF sont parvenus à faire sauter ce verrou et du coup ils ne se sont pas contentés de n’ajouter qu’un ou deux rapports, mais carrément trois grâce à un agencement mécanique inédit. Cette avancée permet une ouverture record de 9,81 tout en conservant un étagement serré et un excellent rendement mécanique.






Contenu :
  • Page 1 : Sommaire
  • Page 2 : Deux innovations ont permis sa conceptions
  • Page 3 : Deux versions : 9HP28 et 9HP48
  • Page 4 : La mécatronique
  • Page 5 : Architecture à 4 trains planétaires simples intimement appairés
  • Page 6 : Dimension supplémentaire. Généralisation.
  • Page 7 : Nomogrammes. Comment interpréter un nomogramme ?
  • Page 8 : Nomogramme des rapports
  • Page 9 : Conclusion
  • Annexe : Nomogramme interactif


Auteurs : Ing. François Roulet (EPFL, Lausanne) et François Dovat
Source : ZF Friedrichshafen AG
Date de parution : février 2012




Entrez votre code d'abonné

La touche Entrée de votre clavier est inopérante




Nous écrire
© Tous droits réservés 2012     auto-innovations.com