MOTEUR & TRANSMISSION / ECOLOGIE & ENERGIE / CHASSIS & CONFORT
AIDE A LA CONDUITE & SECURITE / DIVERS

RECHERCHE SUR LE SITE         


23 avril 2019
Les très polyvalents bancs d’essai sur moyeux


La mesure de puissance des groupes motopropulseurs par machines électriques fixées à la place des roues se développe et permet de réaliser un grand nombre de tests sur le véhicule mis en situation réelle.

Avec des machines électriques vissées aux moyeux, un groupe motopropulseur peut être testé dans son environnement mécanique et il n’est pas nécessaire de déposer le moteur. Cet avantage est similaire à celui procuré par un banc à rouleaux, mais la mesure est ici plus précise car elle exclut les pneumatiques qui absorbent une puissance très variable.

De plus en équipant toutes les roues, cet outil permet une mesure du comportement dynamique car il est possible d’entraîner les roues non motrices d’un véhicule et de reproduire diverses situations de conduite, comme des freinages d’urgence, une crevaison ou un patinage. Les machines électriques des roues motrices fonctionnent alors en frein et celles de l’autre essieu en moteur, les vitesses de rotation étant synchronisées.

Ce type de banc est notamment disponible chez la société GREENMOT et à l’école d’ingénieurs automobile ISAT de Nevers, près du circuit de Magny-Cours.

Luis Le Moyne, directeur de l’ISAT, ajoute aussi cette possibilité : « Les mesures sur une route virtuelle sont aussi réalisables car il est possible de braquer les roues. » Toutes les machines électriques sont montées sur des chariots à roulettes et celles des roues avant sont positionnées pour le braquage par rapport au point de contact du pneu sur la route. Il ajoute : « Le véhicule est placé dans une configuration d’utilisation normale, donc presque toutes les mesures sont possibles, que ce soit sur la transmission, la climatisation, les émissions, la consommation, etc. »

Dans les nouveaux locaux de l’ISAT, des cloisons peuvent aussi être retirées pour agrandir la cellule et réaliser des tests de capteurs de systèmes d’aides à la conduite en usage réel.

La puissance totale des 4 machines Rototest et de l’infrastructure électrique du bâtiment peut atteindre 700 kW. La cellule dispose d’un circuit de renouvellement automatique de l’air et d’une régulation thermique pour effectuer des analyses à température constante. Une salle de macération voisine permet de mettre le véhicule à la température voulue avant son installation dans la cellule.

Grâce à ce dispositif et aux compétences de son centre de recherche, l’ISAT a été habilité à procéder à une série de tests complémentaires à ceux déjà pratiqués concernant l’enquête sur la véracité des émissions de gaz polluants lors de l’homologation des véhicules.





  Yvonnick Gazeau