PROPULSION / CHASSIS & HABITACLE / ADAS / ELECTRICITE & ELECTRONIQUE
CONCEPTION / PRODUCTION / POIDS LOURD / FORMATION / SOCIETE

RECHERCHE SUR LE SITE         


26 décembre 2018
Continental ouvre « Taraxagum Lab Anklam », un laboratoire de recherche sur le caoutchouc de pissenlit


  • Achevé juste un an après une cérémonie mémorable
  • Un investissement de 35 millions d’euros dans l’agriculture et le processus d’extraction
  • Vingt personnes travailleront sur une alternative future au caoutchouc importé de régions tropicales


Continental, société technologique fabriquant des pneus haut de gamme, a officiellement inauguré aujourd’hui son laboratoire de recherche « Taraxagum Lab Anklam » à Anklam, dans le Mecklembourg-Poméranie-Occidentale en Allemagne, et l’a ouvert au public. Après une cérémonie mémorable en novembre 2017, le bâtiment de 30 000 m2 réalisé en un an seulement est prêt à être occupé. Il est destiné à la recherche sur l’agriculture et le processus d’extraction du pissenlit russe comme matière première alternative à l’arbre à caoutchouc tropical. Si les résultats des tests sont positifs, le fabricant de pneus prévoit d’introduire cette matière première dans sa production en série dans les dix prochaines années afin d’augmenter le pourcentage de sa demande en caoutchouc naturel à partir du pissenlit.

Lors de l’inauguration, Nikolai Setzer, membre du comité de direction de Continental AG et directeur de la division Pneumatiques, a déclaré : « Nous sommes fiers d’inaugurer aujourd’hui ce projet phare. Nous sommes le premier fabricant de pneus au monde à investir autant dans l’industrialisation du caoutchouc en pissenlit. Nous considérons le pissenlit russe comme une alternative et un complément importants au caoutchouc naturel conventionnel issu de l’hevea brasiliensis, ce qui nous permet de répondre à la demande mondiale croissante d’une façon durable et écologique. » De plus, cet investissement dans un nouveau laboratoire de recherche est une étape technologique supplémentaire dans la mise en oeuvre de la Vision 2025 développée par Continental pour son activité Pneu. « Dans le cadre de notre stratégie Vision 2025, nous aurons investi, depuis 2011, bien plus de 2 milliards d’euros en recherche, développement et production, ainsi qu’en emplois et nouveaux produits. Anklam 2018 s’inscrit en bonne place dans la série de projets uniques lancés en Europe, Amérique et Asie », souligne Setzer.

À moyen terme, environ vingt collaborateurs issus des domaines de l’agronomie, la chimie, la production et la technologie des process effectueront des recherches sur l’agriculture du pissenlit russe, ainsi que sur le développement, l’installation et le fonctionnement de machines pour le traitement de cette plante sur ce nouveau site.

Le ministère des Affaires économiques du Land du Mecklenbourg-Poméranie-Occidentale a soutenu ce projet d’avenir avec 11,6 millions d’euros dédiés à la création locale d’emplois de haute qualité. Ce nouveau site crée également des opportunités pour les agriculteurs de la région et leurs exploitations.

Pendant la cérémonie d’inauguration, Harry Glawe, ministre des Affaires économiques, de l’Emploi et de la Santé du Land du Mecklenbourg-Poméranie-Occidentale, Michael Galander, Maire d’Anklam et le Dr Carsten Venz, directeur du site, se sont adressés aux partenaires du projet, journalistes, agriculteurs, voisins et résidents d’Anklam.

« Avec cette ouverture à Anklam, nous posons les bases d’un processus de recherche et développement axé sur une dimension et une diversité nouvelles. Nous sommes totalement convaincus que ce projet a le potentiel de redessiner l’avenir de la région. Ce nouveau laboratoire de recherche est une étape importante vers des environnements professionnels tournés vers le futur en Poméranie occidentale. Notre objectif est de permettre à une usine de production de caoutchouc naturel de voir le jour grâce au succès du projet de recherche. Cette entreprise contribue à la création directe de valeur, et l’agriculture locale de même que l’industrie dans la région en seront également renforcées », souligne Harry Glawe.

Nous avons cherché pendant de nombreuses années à comprendre la base moléculaire de la biosynthèse du caoutchouc dans le pissenlit. Cette connaissance biologique permet aujourd’hui d’envisager une utilisation industrielle. Avec ce nouveau laboratoire d’essais, Continental innove et donne une forte visibilité à ce concept de transfert », fait remarquer Dirk Prüfer, professeur de biotechnologie végétale à l’université WWU (Westfälische Wilhelms-Universität) de Münster et directeur du site de Münster de l’Institut Fraunhofer de biologie moléculaire et d’écologie appliquée IME.

Continental a présenté les plans du laboratoire en août 2016 et commencé la construction à Anklam en novembre 2017. Depuis 2011, ce fabricant de pneus effectue des recherches visant à remplacer le caoutchouc naturel des tropiques par des plantes qui peuvent pousser sous des climats tempérés, en collaboration avec l’Institut Fraunhaufer IME de Münster, l’Institut Julius Kühn à Quedlinburg, le phytogénéticien ESKUSA à Parkstetten et d’autres partenaires dans différents projets de recherche, avec le soutien des ministres fédéraux allemands de l’Éducation et de la Recherche, et de l’Alimentation et de l’Agriculture.

Le premier exemplaire de pneu hiver haut de gamme comportant une bande de roulement en caoutchouc de pissenlit pur a été mis en test sur la route en 2014 ; et le premier pneu poids lourd avec une bande de roulement à base de caoutchouc de pissenlit a été présenté au Salon international des véhicules commerciaux de Francfort en 2016.

  Source : Continental


Auto-innovations.com n'est pas responsable du contenu de ce communiqué