PROPULSION / CHASSIS & HABITACLE / ADAS / ELECTRICITE & ELECTRONIQUE
CONCEPTION / PRODUCTION / POIDS LOURD / FORMATION / SOCIETE

RECHERCHE SUR LE SITE         


5 juin 2019
Accélérer le développement des voitures connectées




L’évolution du marché des voitures connectées ne cesse de croître : 64 millions de livraisons sont prévues pour 2019 contre 33 millions en 2017. En 2020, 98% des nouvelles voitures offriront une connexion Internet et une connectivité mobile ainsi qu’un système de navigation et de sécurité, intégré via les réseaux cellulaires et sans fil.

Pour conserver leur compétitivité, les constructeurs vont devoir investir dans de nouveaux programmes de test pour s’assurer que les systèmes de connexion complexes garantissent les performances, la sécurité et la fiabilité attendues par les utilisateurs. Les fabricants ont bien entendu déjà réalisé les tests de connectivité en laboratoire lors du développement de leurs systèmes, mais des mesures en conditions réelles sont nécessaires comme il est difficile de simuler les effets de la route sur la connectivité d’un véhicule.

Cependant, la complexité accrue des systèmes de connectivité rend ces tests de dernière minute particulièrement risqués. Tester des systèmes complexes prend du temps et si le test révèle un problème qui suppose un changement de design juste avant ou, pire encore, après la sortie du véhicule, cela peut s’avérer extrêmement coûteux. Nous pouvons alors nous demander comment les constructeurs automobiles peuvent minimiser ces risques et réduire significativement le temps de développement et les coûts associés à la mise au point de nouvelles générations de voitures connectées.

Voici cinq points clés pour en comprendre les enjeux :

1. Connecter la voiture à Internet

Des services embarqués comme l’information sur l’état du trafic, la connexion multimédia, la gestion des relations entre les véhicules et les appels d’urgences se basent tous sur la qualité et la fiabilité de la connectivité d’un véhicule ; ils créent également un volume important de données. Les solutions de connectivité sans-fil doivent supporter de multiples interfaces incluant la LTE, la 3G et la 2G tout comme le réseau WiFi 802.11. Chaque interface a besoin de son propre test d’interopérabilité pour mesurer les performances en fonction des conditions réseaux qu’il est possible de rencontrer. Tester la redondance du modem est également important pour avoir une idée de la fiabilité requise.

2. Les appels d’urgence (eCall et ERA-GLONASS)

Les nouvelles législations européennes exigent que toutes les voitures vendues après avril 2018 permettent de passer des appels d’urgence (eCall) afin de réduire le temps de réponse à la moitié de la moyenne actuelle en cas d’accident. Pour rendre cela possible une connexion cellulaire (2G/3G/LTE) aux services d’urgences doit être disponible immédiatement et maintenue assez longtemps pour permettre la localisation et informer de l’importance d’un incident, que ce soit à la demande du conducteur ou au déclenchement des airbags. Par ailleurs, ce processus requiert un test extensif des performances cellulaires et de la compatibilité du réseau.

3. Le système de transport intelligent

Les solutions de sécurité d’un véhicule qu’elles soient internes (V2V) ou externes (V2I) ont également besoin de subir un panel complet de tests pour avoir un réel impact sur la réduction des accidents de la route. En France plus de 58 360 accidents ont lieu chaque année pour un impact économique estimé à environ 50 milliards d’euros (2,2% du PIB). Les solutions V2V et V2I utilisent des systèmes de communication spécialisés à courte portée (DSRC) basés sur des standards WiFi 802.11, ce qui signifie que toute autre interface sans-fil a besoin de tests approfondis.

4. Assurer la connectivité sans-fil, les performances et la fiabilité

La réception de données satellites pour la navigation nécessite d’être testée à la fois de manière isolée et avec les systèmes embarqués mentionnés plus tôt. Les multiples émetteurs et récepteurs radio sont à proximité immédiate, ce qui signifie que la puissance transmise peut être bien plus élevée que celle reçue par d’autres moyens. En d’autres termes, l’utilisation de technologies filtrées et la séparation des fréquences assurent la transmission du signal sans interférences. Cependant, avec certaines coexistences (comme des technologies radio fonctionnant sur des fréquences adjacentes) les filtres technologiques actuels ne pourvoient pas assez de rejets. De plus, la composition des matériaux d’un véhicule ne peut pas être fixée avant un certain stade de développement, cela rend particulièrement difficile la prévision des modes et chemins d’interférences en utilisation.

5. Réduire les tests de dernière minute

Pour aider à relever ces défis, les constructeurs automobiles peuvent accélérer leurs programmes de tests en adoptant des méthodes déjà largement utilisées dans l’industrie mobile en ayant une focale sur les performances et les cycles de développements courts. Un exemple avec le test de lecteur virtuel qui a fait ses preuves pour accélérer le déploiement des produits mobiles et les tests de qualité.

Les tests de lecteurs virtuels impliquent l’usage d’un environnement d’automatisation des tests de performance et d’interopérabilité basé en laboratoire. Ils utilisent les données capturées sur le terrain pour mimer les conditions réelles du réseau RF en comprenant : les paramètres réseau, la signalisation à destination et en provenance du module, les signaux satellites et l’environnement interne et externe du véhicule. En résulte une analyse comparative fiable et rentable des dispositifs et la résolution des problèmes rencontrés dans les premières étapes de développement.

Une autre méthode de test provenant de l’industrie mobile mais applicable au monde de l’automobile est le test en direct (OTA). Il utilise des émulateurs de canaux dans une chambre anéchoïque pour simuler avec précision différents environnements radio tels que les zones urbaines, suburbaines et rurales afin de reproduire les conditions du monde réel à partir de simples antennes. Il est ainsi possible de tester l’expérience utilisateur lorsqu’il accède aux services connectés du véhicules.

En utilisant ces approches l’accélération du développement des systèmes automobiles est assuré. Ils permettent de tester les performances des logiciels et matériaux embarqués par rapport aux exigences des opérateurs mobiles internationaux en conditions réelles pour anticiper au mieux leur intégration finale. En mettant en avant les problèmes du système bien plus tôt dans son développement cela permet de réduire les coûts et le temps consacré aux tests liés à la performance.

  Source : Keysight Technologies


Auto-innovations.com n'est pas responsable du contenu de ce communiqué