PROPULSION / CHASSIS & HABITACLE / ADAS / ELECTRICITE & ELECTRONIQUE
CONCEPTION / PRODUCTION / POIDS LOURD / FORMATION / SOCIETE

RECHERCHE SUR LE SITE         


4 juillet 2020
Toyota lance une machine de placage par matriçage qui améliore sensiblement la propreté écologique et la simplicité du procédé


  • Sa mise en service va débuter par l’intermédiaire de Mikado Technos et du réseau Kanematsu
  • Le procédé permet de réduire les émissions de CO2 d’environ un tiers par rapport au procédé conventionnel


Toyota Motor Corporation (Toyota) annonce la mise au point d’une technique inédite1 de placage par matriçage basée sur une membrane polymère (un électrolyte solide). En la traversant, des ions métalliques permettent de restreindre la métallisation aux zones utiles, comme le ferait une estampe. Cette technologie sert à recouvrir des substrats de cuivre, de nickel ou d’autres métaux dans la fabrication des pièces électroniques. En outre, Toyota s’associe à Mikado Technos Co., Ltd. et Kanematsu Corporation pour fabriquer et vendre des machines de placage basées sur cette technologie, afin d’en développer l’utilisation. Elles sont disponibles depuis le 1er juillet.

La nouvelle machine dispense de l’étape de trempage, qui consiste à immerger complètement les pièces à plaquer dans plusieurs bains de solution de placage, une phase jusqu’alors indispensable au procédé le plus couramment utilisé. Bénéfice : une réduction substantielle du volume des effluents et des émissions de CO2, ramenés respectivement à un trentième et un tiers environ, au profit de l'impact environnemental. De plus, cette technique réduit le temps de placage et l'emprise au sol requise.

Tous ces avantages ont décidé Toyota à la commercialiser au-delà de ses partenaires habituels de la construction automobile, en élargissant son usage à de nombreux secteurs industriels. Plus précisément, Toyota a mis ses brevets et son savoir-faire à la disposition de Mikado Technos, fabricant de presses à vide, qui y a ajouté ses propres technologies pour concevoir et produire cette machine de placage par matriçage. La société Kanematsu est chargée de la commercialisation.

Au cours des deux ou trois ans à venir, Toyota espère vendre cette nouvelle machine à un certain nombre d'entreprises, à des fins d’essais et de validation. Puis, à partir de 2023 ou 2024, elle sera commercialisée plus largement afin d’en généraliser l’usage en production industrielle.

Dans le cadre du Toyota Environmental Challenge 2050, Toyota a annoncé sa volonté de tendre vers zéro émission de CO2 pour les sites de production, une initiative destinée à favoriser l'avènement d’une société durable et qui recoupe l'un des ODD2. Pour relever collectivement ce défi et diminuer progressivement les émissions carbone de ses process industriels, l’ensemble du Groupe compte adopter ces machines de placage.

La nouvelle machine est dotée d'une tête dont la partie supérieure est remplie de solution. Au niveau de la partie inférieure (celle qui sera pressée contre la surface à plaquer) se trouve une membrane électrolytique solide traversée par des ions métalliques. Cette structure permet de presser la membrane uniquement contre la zone du substrat nécessitant un placage. Ainsi, lors du passage du courant électrique, seule cette zone en contact avec la membrane reçoit un film métallique (le placage), à la façon d’une estampe.

En revanche, dans le procédé de placage conventionnel, le substrat est complètement immergé dans une solution de cuivre, de nickel ou de tout autre métal de placage, et le film métallique se forme au passage du courant électrique. Il requiert donc plusieurs bains de grande dimension pour le trempage de l’intégralité des substrats, ainsi que leur lavage avant et après le placage. De ce fait, l’immersion des substrats nécessite aussi de grandes quantités de solution de placage qui seront ensuite perdues. C’est donc une grosse opération, à laquelle il faut inclure l’équipement d'élimination des substances toxiques rejetées dans l'air et le traitement d’importants volumes d’effluents.

1 À la date de mai 2020, d’après une étude de Toyota
2 Les ODD sont les 17 Objectifs de Développement Durable adoptés en septembre 2015 par l’Assemblée générale de l’ONU, pour « transformer le monde » à l’horizon 2030.
Les Objectifs de Développement Durable particulièrement concernés par cette initiative


  Source : Total




Auto-innovations.com n'est pas responsable du contenu de ce communiqué