PROPULSION / CHASSIS & HABITACLE / ADAS / ELECTRICITE & ELECTRONIQUE
CONCEPTION / PRODUCTION / POIDS LOURD / FORMATION / SOCIETE

RECHERCHE SUR LE SITE         


8 octobre 2020
Vision directe contre vision indirecte : comment empêcher les collisions résultant d’angles morts




Selon de récentes recherches menées par le Conseil Européen pour la Sécurité des Transports, 25 % des décès de la route au sein de l’UE impliquent un véhicule utilitaire. Par ailleurs, les statistiques de Transport for London indiquent qu’à Londres les poids lourds sont impliqués dans plus de 80 % des décès chez les usagers de la route vulnérables, en dépit de ne représenter que 4 % de la circulation. De plus, des rapports de l’Organisation Mondiale de la Santé montrent que les secteurs de la construction, de l’agriculture et de l’exploitation minière comptent parmi les effectifs professionnels les plus à risque dans le monde, et de nombreuses blessures et fatalités résultent de véhicules ou engins en mouvement.

Malheureusement, ces statistiques révèlent qu’il y a encore beaucoup à faire pour empêcher les décès et les blessures causés par des véhicules, que ce soit sur les routes ou sur le lieu de travail.

La visibilité du conducteur est essentielle pour assurer la sécurité routière. Le champ visuel d’un conducteur depuis l’intérieur d’un véhicule joue un rôle important dans l’élaboration de la législation sur la sécurité routière, notamment la norme londonienne Direct Vision Standard. Toutefois, la vision directe, c’est-à-dire ce qu’un conducteur peut voir directement à travers les vitres du véhicule, ne suffit pas pour empêcher les collisions dues aux angles morts.

Si le conducteur ne regarde pas, il ne verra pas

Même si la visibilité du conducteur peut être facilitée par des systèmes passifs, comme les rétroviseurs et les caméras, le conducteur doit être proactif pour détecter les objets ou les gens. Pendant qu’un conducteur vérifie les rétroviseurs et réagit, un véhicule pourrait parcourir jusqu’à 10 m, même à des vitesses de ne serait-ce que 5 km/h.

Guillaume Amigues, un expert en sécurité des véhicules de Brigade Electronics, explique :
« Même si les systèmes passifs, comme les rétroviseurs, sont une exigence légale depuis de nombreuses années, les rétroviseurs à eux seuls ne résolvent pas le problème des angles morts. Si le conducteur ne regarde pas, il ne peut pas voir qu’il y a quelque chose à proximité de son véhicule. C’est la raison pour laquelle les systèmes de sécurité des véhicules nécessitant qu’un conducteur prenne des mesures immédiates en fournissant des alertes sonores et des sirènes d’avertissement sont d’importance cruciale pour maintenir les normes de sécurité des véhicules les plus rigoureuses. Ces systèmes actifs alerteront le conducteur immédiatement quand un véhicule ou un objet se trouve dans l’angle mort, pour veiller à ce que le conducteur réagisse immédiatement et évite une collision. »

Brigade a produit une infographie qui démontre l’importance des systèmes de sécurité des véhicules pour améliorer la visibilité du conducteur et la façon dont les systèmes passifs et actifs contribuent à et améliorent la sécurité routière.

Guillaume a ajouté :
« Nombre des collisions avec de grands véhicules se produisent quand ils manœuvrent à basse vitesse, par exemple quand ils tournent dans des espaces restreints ou qu’ils essaient de se garer. Il est possible de réduire le nombre de décès et de blessures, ainsi que les dommages matériels et les détériorations des véhicules, en améliorant la vision indirecte que le conducteur a depuis l’habitacle de son véhicule. Pour une sécurité optimale, nous recommandons toujours l’installation d’un mélange de systèmes de sécurité du véhicule passifs et actifs. »

  Source : Brigade Electronics




Auto-innovations.com n'est pas responsable du contenu de ce communiqué