PROPULSION / CHASSIS & HABITACLE / ADAS / ELECTRICITE & ELECTRONIQUE
CONCEPTION / PRODUCTION / POIDS LOURD / FORMATION / SOCIETE

RECHERCHE SUR LE SITE         


12 novembre 2020
SEAT travaille sur des pièces détachées fabriquées à partir de cosse de riz


  • SEAT lance un projet pilote destiné à produire des pièces détachées de voitures à partir de cosse de riz
  • Les prototypes sont des revêtements de SEAT Leon fabriqués à partir d'Oryzite, un matériau renouvelable et durable
  • Ce projet d'économie circulaire a été présenté lors des Innovation Day qui se sont tenus les 28 et 29 octobre


C'est l'aliment le plus populaire de la planète, la base de plats mondialement connus et désormais... sa cosse peut aussi faire partie d'une voiture. Il s'agit du riz. Dans le cadre d'un projet pilote innovant basé sur l'économie circulaire, et dans le but de réduire son empreinte carbone, SEAT étudie l'utilisation de l'Oryzite comme substitut aux produits en plastique.

140 millions de tonnes à exploiter. Plus de 700 millions de tonnes de riz sont récoltées chaque année dans le monde. Vingt pour cent sont constitués de cosses de riz, soit environ 140 millions de tonnes, en majeure partie éliminées. « Avec une production de 60 000 tonnes de riz par an à la Chambre du riz de Montsià, nous avons cherché une alternative pour tirer profit de toute la cosse qui était brûlée, soit quelque 12 000 tonnes que nous avons transformé en Oryzite, un matériau qui peut être mélangé à d'autres composés thermoplastiques et thermodurcissables avant d'être moulé » explique Iban Ganduxé, PDG d'Oryzite.

Renouvelable et durable. Cette nouvelle matière première est actuellement testée sur des éléments de revêtement de la SEAT Leon. « Chez SEAT, nous travaillons sans cesse à la recherche de nouveaux matériaux pour améliorer nos produits, et en ce sens, la cosse de riz nous permet de travailler sur la réduction des plastiques et des matériaux à base de pétrole » explique Joan Colet, Ingénieur chargé du Développement des Finitions Intérieures chez SEAT.

Plus léger, moins de CO2. Les tests consistent à modéliser certaines parties de la voiture, comme le hayon arrière, le double plancher dans le coffre ou encore le plafond, avec des cosses de riz mélangées à du polyuréthane et du polypropylène. À première vue, celles-ci ne diffèrent en rien des pièces réalisées avec une technologie conventionnelle, mais elles ont l’avantage de peser beaucoup moins lourd. « Les pièces sont plus légères, ce qui nous permet de réduire le poids de la voiture, et donc notre empreinte carbone » précise M. Colet. Ce dernier ajoute que « nous utilisons également un matériau renouvelable, ce qui favorise l'économie circulaire et permet de fabriquer un produit plus écologique ».

L'avenir est vert. Les éléments de revêtement sont actuellement analysés pour savoir quelle quantité de cosse peut être utilisée afin de répondre à 100 % aux exigences techniques et qualitatives. Par exemple, le double plancher du coffre est soumis à des tests de charge avec des charges jusqu'à 100 kilos qui sont concentrées sur un point pour vérifier sa rigidité et sa résistance. Des tests thermiques sont également effectués dans une chambre climatique pour analyser sa résistance à la chaleur, au froid et à l'humidité. « Les exigences techniques et qualitatives que nous exigeons de chaque pièce ne changent pas par rapport à celles que nous avons aujourd'hui. Lorsque les prototypes que nous fabriquons répondront à ces exigences, nous serons plus proches de les utiliser dans un modèle de série » explique l'ingénieur de SEAT. SEAT travaille sur des pièces détachées fabriquées à partir de cosse de riz

L'innovation dans un but environnemental. SEAT est fermement engagée à prendre soin de l'environnement et à atteindre les objectifs fixés par l'accord de Paris. Dans le cadre de sa stratégie de développement durable et de sa mission d'entreprise MOVEtoZERØ, la société vise à minimiser l'impact environnemental de tous les produits et solutions de mobilité tout au long de leur cycle de vie, de l'approvisionnement en matières premières et de la production, jusqu'à la fin de vie. Stefan Ilijevic, Responsable de l'Innovation chez SEAT, souligne que « la recherche ouvre la voie vers un avenir durable. Ce n'est qu'en investissant dans l'innovation que nous pourrons promouvoir de nouveaux projets et matériaux qui réduiront l'utilisation des plastiques sur le globe, et contribueront à la protection de l'environnement à l'échelle mondiale ». Avec le projet pilote d'économie circulaire Oryzite, le constructeur automobile fait un pas de plus dans la recherche de nouveaux matériaux renouvelables pour réduire l'utilisation des plastiques dans ses futurs véhicules, et pour atteindre une empreinte carbone nulle d'ici 2050.

SEAT Innovation Day. Cette initiative pour l'utilisation d'Oryzite constitue l'un des projets présentés lors de la deuxième édition des SEAT Innovation Day, qui s’est tenu les 28 et 29 octobre. Il s'agit d'un événement motivant qui vise à identifier et à encourager l'esprit d'innovation parmi les employés de l'entreprise. Après le succès de la première édition, SEAT a mis en place cette année un format hybride qui combine à la fois des activités et des sessions en ligne et en présentiel.

  Source : SEAT




Auto-innovations.com n'est pas responsable du contenu de ce communiqué