PROPULSION / CHASSIS & HABITACLE / ADAS / ELECTRICITE & ELECTRONIQUE
CONCEPTION / PRODUCTION / POIDS LOURD / FORMATION / SOCIETE

RECHERCHE SUR LE SITE         


16 mars 2021
Innovation : la France se distingue en 2020


  • Selon le baromètre Patent Index 2020 de l’Office européen des brevets (OEB), les demandes de brevets sont restées constantes malgré la pandémie mais sont marquées par de fortes disparités entre les pays et les technologies
  • 2e pays le plus innovant d’Europe à l’OEB, la France se montre dynamique face à la crise et se distingue de ses voisins européens par l’augmentation de son nombre de demandes de brevets (+ 3,1 %)
  • Le CEA, Safran et Saint-Gobain sur le podium des champions français
  • Porté par Sanofi et l’Inserm, essor de l’innovation française dans les secteurs de la santé ; l’Inserm 1er à l’OEB dans les produits pharmaceutiques
  • Les transports, secteur le plus innovant de l’Hexagone, continue de se réinventer et repart à la hausse (+ 4,6 %) • L’innovation française est portée par des places fortes régionales : rôle central de l’Île-de-France, accélération d’Auvergne-Rhône-Alpes et de Provence-Alpes-Côte d’Azur


Munich, le 16 mars 2021 – L’Office européen des brevets (OEB) publie aujourd’hui son baromètre annuel de l’innovation, le Patent Index 2020. Bonne nouvelle, le recours aux brevets n’a quasiment pas pâti de l’épidémie de la Covid-19. L’OEB a enregistré 180 250 demandes de brevets européens en 2020, soit une très légère baisse par rapport à 2019 (- 0,7 %). Les cinq pays les plus représentés en 2020 à l’OEB sont de nouveau les Etats-Unis (44 293 demandes), suivis de l’Allemagne (25 954), du Japon (21 841), de la Chine (13 432) et de la France (10 554). Le classement des entreprises reflète quant à lui la progression constante des demandes de brevets originaires des pays asiatiques : Samsung est en tête (3 276 demandes), suivi de Huawei (3 113), et de LG (2 909).

La France, figure d’exception dans une Europe à l’innovation ralentie

Malgré l’épidémie de la Covid-19, avec 10 554 demandes de brevets déposés en 2020, l’innovation française a regagné son dynamisme et en ressort même fortifiée. La France conserve sa place de 2e pays européen le plus innovant auprès de l’OEB. Elle se place derrière l’Allemagne, en 1ère position (25 954 demandes), et devant la Suisse (8 112 demandes). Dans un contexte économique mondial déprimé, l’écosystème français de l’innovation arrive à se distinguer. En effet, la France, avec l’Italie et la Finlande, fait partie des rares pays européens dont l’innovation n’a pas été ralentie en 2020 et qui ont enregistré une croissance dans leurs demandes (+ 3,1 %, + 2,9 % et + 11,1 % respectivement). Un signal positif pour la France qui avait connu un ralentissement ces dernières années (- 2,2 % en 2019, - 1,4% en 2018). L’Allemagne, bien qu’en haut du podium, fait face à une baisse de ses demandes de brevets (- 3 %).

« Le Patent Index 2020 de l’OEB montre que la demande de protection par brevet reste élevée. Dans l’ensemble, l’activité en matière de brevets reste soutenue, même si elle fluctue selon les secteurs technologiques et les régions. Le cas français en est un bon exemple, et la résistance de son écosystème d’innovation est un signal positif dans ce contexte difficile », a déclaré António Campinos, Président de l’OEB. « L'innovation, soutenue par un système de propriété intellectuelle solide, est indéniablement le moteur de la reprise, dans tous les sens du terme ».

En France, les 3 organismes qui génèrent le plus de demandes de brevets européens sont le CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives) avec 520 demandes, Safran (424, + 3,2 %) et Saint-Gobain (413, + 14,4 %). Ceux-ci se positionnent également dans le top 50 mondial à l’OEB, respectivement à la 37e, 48e et 50e place. A noter que le CEA, bien qu’à la 1ère place en France, a vu le nombre de ses demandes de brevets baisser (- 12,9 % par rapport à l’année précédente).

L'innovation française dans la santé se distingue

Le baromètre de l’OEB montre que les innovations dans le domaine de la santé ont porté les demandes de brevets en 2020. Le domaine des technologies médicales est même redevenu le 1er secteur d’innovation à l’OEB en 2020, une place occupée par la communication numérique en 2019.

Les inventeurs français ont d’ailleurs été particulièrement prolifiques dans le secteur de la santé en 2020. En termes de demandes de brevets européens, la France enregistre une forte croissance en particulier dans les technologies médicales (+ 17,5 %, 576 demandes) et dans les produits pharmaceutiques (+ 21,8 %, 472 demandes) qui se positionnent dans le top 5 des secteurs les plus dynamiques de l’hexagone (respectivement à la 2e et 5e position).

Au niveau européen, la France occupe d’ailleurs à chaque fois le top 3 des pays les plus innovants, que ce soit pour les technologies médicales (3e), les produits pharmaceutiques (2e) ou encore les biotechnologies (3e). Cette performance s’explique en grande partie par la vivacité d’acteurs clés comme l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) ou encore Sanofi. Dans le secteur des produits pharmaceutiques, l’Inserm est cette année encore le champion à l’OEB, devant Merck & Co et Johnson & Johnson. Il est suivi par Sanofi qui conserve la 6e place. Dans les biotechnologies, l’Inserm gagne une place par rapport à 2019 et se positionne à la 2e place, suivi par Sanofi qui progresse également et atteint la 3e place (6e en 2019), devant Novartis. Sanofi confirme également être un acteur incontournable des technologies médicales, conservant son 6e rang.

Malgré la crise, rebond de l’innovation française dans les transports

Alors que le secteur des transports est celui qui a connu la plus forte baisse (- 5,5 %) en termes de demandes de brevets européens à l’OEB, la France se distingue. Avec 1 016 demandes de brevets en 2020, les transports résistent et restent le secteur le plus innovant du pays. Celui-ci est même marqué par un regain d’activité (+ 4,6 % ; contre - 6,7 % en 2019). Se plaçant derrière l’Allemagne, grande championne du secteur au niveau européen mais qui enregistre une légère baisse (- 1,4 %), la France réussit tout de même à placer 6 entreprises dans le top 25 du secteur à l’OEB : le Groupe PSA à la 10e place, Michelin à la 12e place, suivi par Renault à la 13e, Valeo à la 16e, Alstom à la 20e place et Safran à la 24e.

L’innovation française portée par le dynamisme de ses régions

Avec 6 507 demandes déposées en 2020, l’Île-de-France reste la grande championne de l’innovation française, avec Paris comme premier pôle d’innovation (2 940 demandes). Au niveau européen, la région conserve sa 2e position derrière la Bavière, mais se distingue par sa stabilité (- 0,1%) face au pôle allemand en perte de vitesse en 2020 (- 7,6 %). A nouveau sur la 2e marche du podium dans l’Hexagone (1 463 demandes), l’Auvergne-Rhône-Alpes confirme être une place forte de l’innovation française, avec une croissance de 10,2 % par rapport à 2019. Une progression notamment portée par le Grand Lyon (284 demandes, + 27,9 %) et la métropole grenobloise (184 demandes, + 18,7 %). Bien que 3e, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur est celle qui se distingue le plus : avec 458 demandes, elle enregistre l’une des plus fortes croissances parmi les régions françaises (+ 40,9 %) et prend la place occupée par l’Occitanie, moins dynamique que l’année précédente et occupant désormais la 4e place (362 demandes, - 12, 1 %).

Pour des statistiques détaillées, nous vous invitons à consulter le baromètre Patent Index 2020 à partir du lien suivant : www.epo.org/patent-index2020.

  Source : Office européen des brevets




Auto-innovations.com n'est pas responsable du contenu de ce communiqué