25 juin 2010

Stop-Start avec commande confort sur les Opel Corsa et Agila

Opel offrira bientôt le système Stop-Start sur la Corsa 1.3 CDTI (55 kW/75 ch) et l’Agila 1.2 l (69 kW/94 ch) essence, couplé avec un passage à Euro 5 et un ensemble de mesures optimisant les émissions de CO2 du moteur. Cette fonction sera étendue par la suite à la gamme Astra, en commençant par le 1.3 CDTI, puis à tous les modèles essentiels d’Opel vers la fin 2011. La technologie retenue est celle du Stop-Start à démarreur renforcé.

La Corsa 1.3 CDTI 75 ch (190 Nm/55 kW) équipée du Stop-Start en option consomme 4,0 l/100 km et émet 105 grammes de CO2, soit un gain de 6,25% en cycle mixte (10,6% en cycle urbain). Sur l’Agila 1,2 litre 94 ch (69 kW/118 Nm) le gain est de 2,5% (9% en cycle urbain). Le Pack Technologie ecoFLEX de la Corsa comprend :
  • Un système Stop-Start avec démarreur renforcé
  • Une batterie Hautes Performances AGM (Absorbent Glass Mat).
  • Un contrôle de la batterie par capteur
  • Une gestion de l’énergie électrique, qui se charge aussi de garantir les redémarrages du moteur
  • Une pompe à eau additionnelle, qui permet de continuer à chauffer l’habitacle quand il fait froid et que le moteur est à l’arrêt
  • Un bouton d’arrêt, si toutefois le conducteur préfère ne pas utiliser le dispositif.
De plus, le Pack Technologie ecoFLEX comprend également un réglage du niveau de confort offert par la climatisation à régulation automatique. Ainsi, le conducteur peut personnaliser le degré de climatisation qu’il souhaite avoir quand le moteur est temporairement arrêté. Il peut choisir de profiter au maximum des possibilités écologiques et de laisser la voiture arrêtée, même si l’habitacle devient chaud. Mais il peut aussi appuyer sur le bouton de configuration de la climatisation, grâce auquel le moteur se met en route si besoin est pour maintenir l’intérieur au frais. Opel est le seul constructeur européen à offrir cette possibilité.

Le pack Technologie ecoFLEX sera disponible sur les Corsa et Agila pour un coût de 300 euros.

  Yvonnick Gazeau

Haut de page