Le contrôle électronique de stabilité ESC (ESP)


Après le contrôle du glissement des pneumatiques au freinage réalisé par le système ABS, le développement vers la gestion de la vitesse de chaque roue pour l’employer à toutes les autres situations de conduite a continué. Cela a abouti au contrôle de stabilité électronique ESC, en passe de devenir obligatoire sur plusieurs continents.

L’ESC contrôle l’angle de dérive et la vitesse de lacet du véhicule afin de maîtriser sa stabilité et assurer que sa trajectoire soit bien celle souhaitée par le conducteur – dans la limite des contraintes physiques. A ces fonctions premières, plusieurs tâches lui ont été ajoutées pour améliorer la sécurité dynamique et le confort de conduite.

(Il est recommandé de consulter notre dossier l’ABS préalablement à celui-ci.)



Contenu :
  • Page 1 : Sommaire
  • Page 2 : Intérêts
  • Page 3 : Pressions et obligations
  • Page 4 : L’équilibre dynamique d’un véhicule
  • Page 5 : Exemples d’intervention de l’ESC - 1/2
  • Page 6 : Exemples d’intervention de l’ESC - 2/2
  • Page 7 : Principe de la régulation en boucle de l’ESC - 1/2
  • Page 8 : Principe de la régulation en boucle de l’ESC - 2/2
  • Page 9 : Le bloc électro-hydraulique
  • Page 10 : Evolutions du bloc électro-hydraulique
  • Page 11 : Les capteurs - 1/2
  • Page 12 : Les capteurs - 2/2
  • Page 13 : Un ABS amélioré - La direction incitative
  • Page 14 : L’anti-retournement - L’anti-oscillation de remorque
  • Page 15 : L’aide au démarrage en côte - Le contrôle de descente en tout-terrain
  • Page 16 : Autres fonctions
  • Page 17 : Annexe : Mise au point de l’ESC


Auteur : Yvonnick Gazeau
Date de parution : octobre 2009
Sources : Anex, Audi, Bosch, Citroën, Continental TEVES, Delphi, Denso, Mercedes, Opel, TRW, Volkswagen, Volvo




Entrez votre code d'abonné

La touche Entrée de votre clavier est inopérante




Nous écrire
© Tous droits réservés 2002-2008     auto-innovations.com